« Europeana : aussi un site sur la musique | Accueil | Morceau choisi N°22 : Autumn leaves par Bill Evans ou Keith Jarrett »

30 mars 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Tamino

Bonjour, je vous trouve très généreux dans votre critique. Bel ensemble en devenir incontestablement, mais déjà trop à géométrie et à composition variables d'un programme à l'autre, ce qui risque de leur poser problème pour trouver une vraie identité. Magnifique programme mais trop sagement exécuté à mon sens. Cette musique requiert infiniment plus d'engagement. L'articulation du texte était insuffisante mais, surtout, et ça Pygmalion n'y est pour rien, l'acoustique épouvantable des Blancs-Manteaux rendait l'exercice quasiment impossible. Ce serait d'ailleurs intéressant de consacrer un jour un article à la problématique de l'acoustique des salles parisiennes, le baroque n'étant pas mieux traité que le symphonique.

Philippe D

Tamino. Merci pour votre commentaire. Je suis toujours d'une (trop ?) grande bienveillance à l'égard de jeune groupes (la moyenne d'âge de ce dernier doit être entre 20 et 25 ans) qui démontrent un potentiel indéniable et qui ont du caractère. Comme vous le soulignez, le groupe démontre encore des imperfections, notamment sur la rhétorique propre à ce répertoire. Ils n'ont pas toujours l'articulation, le phrasé (surtout le groupe vocal encre un peu "vert") que l’on pourrait exiger sur ce répertoire comme pourrait l’avoir, par exemple, l'excellent ensemble du Cantus Cölln, dirigé par Konrad Junghänel.

J’avais déjà souligné le point notamment de la tenue des voix dans la note relative à leur enregistrement de messes brèves de JS Bach (cf note du 18/10/08). Je cherche toutefois à pondérer ce jugement du fait de la belle maturité de ce groupe et de son fort potentiel. Je pense, par exemple, que sur Schütz, ils n’ont rien à envier à la Chapelle Rhénane, quelquefois inégale et pourtant spécialisée sur le registre de la musique sacrée allemande du XVIIème siècle.

Tamino

Bien noté. Je pense effectivement que cet ensemble a du potentiel mais j'aimerais qu'il le démontre par des prises de risques plus grandes en matière interprétative. Comme vous le dites, la rhétorique est un aspect essentiel de cette musique et ce que Pygmalion ont donné l'autre soir était trop simplement "joli" et bien en place. Je trouve La Chapelle Rhéanae bien plus engagée dans cette musique, de même que Akademia, tout en reconnaissant que ces ensembles ont un peu plus d'ancienneté.

Kay~~Harpa~~

je suis heureuse de voir ma photo sur votre blog et je trouve Tamino bien sévère avec ce remarquable concert. N'oubliez pas que Raphaël est seulement dans sa 25me année !

Philippe D

Merci pour votre visite. Raphaël Pichon a, je trouve, déjà une belle maturité musicale. Bien cordialement. Philippe

Tamino

@ kay-- harpa . Bonjour, si vous trouvez "bien sévère" le fait d'émettre des réserves tout en reconnaissant les qualités de l'ensemble, je me demande vraiment quel sens donner aux mots. Cela fait plus de 35 ans que je suis les développements de l'interprétation baroque sur Paris et sa région. Je m'occupe aussi d'un festival consacré à cette musique en région parisienne et pense donc avoir un avis, pas du tout exclusif bien entendu, mais du moins quelque peu autorisé. Oui, Raphael Pichon est jeune et la plupart des membres de Pygmalion aussi. Et alors ? Arrêtons ce jeunisme hors de propos en matière culturelle ! Saluons le niveau technique déjà atteint pour un ensemble jeune. Mais regrettons - je devrais dire, je regrette - que cette jeunesse soit, en l'occurrence, aussi frileuse en matière interprétative. Je me souviens d'Akademia (entre autres) à leurs débuts. C'était autrement engagé sur ce type de répertoire. D'autre part, je pense sérieusement que les difficultés d'engagement professionnel rencontrées aujourd'hui par de nombreux musiciens a pour conséquence que les ensembles développent leur carrière sans créer un vrai noyau central, avec des musiciens que l'on retrouverait systématiquement d'un concert à l'autre, d'un disque à l'autre. Pensez au Concentus Musicus, à la Petite Bande, à l'English Concert, regardez leurs pochettes de disques à travers les années et vous verrez que la construction d'un style d'interprétation a été de pair avec la stabilité, l'homogénéité de l'ensemble. J'observe malheureusement toute autre chose aujourd'hui. Parce que les temps sont plus difficiles, les musiciens naviguent d'un ensemble à l'autre. Comparez le programme de ce concert et la pochette du disque des Messes brèves et vous constaterez les écarts, pas seulement dûs aux différences quantitatives d'effectifs requis par le répertoire.
En résumé, je relève ce que j'entends, ou plutôt ce que je n'entends pas et, du coup, je me pose des questions. Il me semble que c'est tout autant constructif que de clamer "ah ! il sont jeunes, donc ils sont formidables.".

Philippe D

Je laisse kay~~harpa~~ répondre si elle le désire. Je pense que Raphaël Pichon s'est attaqué peut-être un peu tôt à ce répertoire qui demande en effet un engagement assez particulier. Je partage votre avis sur l'engagement plus formel et en apparence plus réfléchi de l'ensemble Akademia. Ma seule réserve est la dureté très fréquente de leur interprétation, une forme d'autoritarisme, à la limite d'une certaine raideur / agressivité, qui me gêne, même s'ils ont une lecture tout à fait intéressante et cohérente des œuvres. Quant au fameux thème de la continuité / cohérence de l'approche esthétique des œuvres au fil des temps, je pense que c'était l'apanage des ensembles orchestraux et vocaux au cours des trente dernières années et que la nouvelle génération de musiciens se montrera plus "zappeuse" (désolé, je ne trouve pas pour l'instant d'autre terme...), moins soucieuse de "s'auto-enfermer" dans une vision trop homogène. Ils sont, je pense, "codés" très différemment de leurs ainés, à la recherche d'expériences esthétiques plus directes, immédiates, moins réfléchies, mais aussi, quelque part, moins inhibées. Je pense que le résultat peut alors être inégal mais justement produire quelques petits joyaux décapants.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Damien Guinet
un Blog-It Express chez vous ? Blog-It Express

Page Facebook du poisson rêveur

Musica Pictura

  • Chaîne Youtube du blog le poisson rêveur

Twitter Updates

    follow me on Twitter

    Les disques coups de coeur 2016

    • Se constille frequenti
      Une sélection de disques remarquables de l'année 2016

    Les disques coups de coeur 2015

    • Arias Senesino Haendel - Andreas Scholl
      Une sélection de disques remarquables de l'année 2015

    Les disques coups de coeur 2014

    • Keiser - Brockes-Passion
      Une sélection de disques remarquables de l'année 2014

    Les disques coups de coeur 2013

    • Bach Motets Herreweghe
      Une sélection des disques remarquables de l'année 2013

    Les disques coups de coeur 2012

    • Heinrich Isaac - Ich muss dich lassen
      Une sélection des disques remarquables de l'année 2012

    Les disques coups de coeur 2011

    • Passion selon St Jean Bach Pierlot
      Une sélection de disques remarquables de l'année 2011

    Les disques coups de coeur 2010

    • Vivaldi Kossenko
      Une sélection de disques remarquables de l'année 2010

    Les disques coups de coeur 2009

    • Posesia cromatica Rossi Huelgas
      Une sélection de disques remarquables de l'année 2009

    Les disques coups de coeur 2008

    • Surprise -  Maesha Brueggergosman
      Une sélection de disques remarquables de l'année 2008

    Les disques coups de coeur 2007

    • La Quinta essentia - Palestrina / Lassus / Ashewell
      Une sélection des disques remarquables de l'année 2007

    Les disques coups de coeur 2006

    • Suzuki_bach_33
      Une sélection des disques remarquables de l'année 2006

    DEEZER Playlist

    Rencontre avec les artistes

    • Lionel Meunier
    • Jean Tubery
    • Masaaki Suzuki
    • Gérard Lesne
    • Benjamin Alard
    • Raphaël Pichon
    • Jérôme Correas
    • Racha Arodaky
    • Philippe Herreweghe
    • Olivier Cavé
    • Alexis Kossenko

    Web TV : concerts et reportages

    D'autres horizons

    Radio Classique en direct

    Sélection discographique : musique vocale profane

    Sélection discographique : musique vocale sacrée

    Fondations

    Interprètes - Ensembles vocaux et instrumentaux

    Profil TypePad

    Être informé de mon activité. Suivez-moi sur mon profil.

    Partenaire Web TV

    PLAYLIST MORCEAUX CHOISIS

    Guide des concerts à Paris et Ile de France

    Le Piano Bleu

    Blogosphère

    Concerts & Extraits musicaux

    Sélection discographique : musique instrumentale

    Une voix - un disque

    • : Anne Sofie von Otter : Ombre de mon amant (Airs Baroques Français)

      Anne Sofie von Otter : Ombre de mon amant (Airs Baroques Français)
      Le choix des arias, dont celles du chef d'oeuvre Médée de Marc-Antoine Charpentier occupent une place centrale, est particulièrement intéressant car il préside, semble-t-il à la tonalité générale assez envoutante de cet album. Anne Sofie von Otter révèle une sorte de "ténébreuse sensualité". L'intelligence de son phrasé, la subtilité extraordinaire de ses intonations nous captivent de bout en bout. Les sonorités limpides raffinées des Arts Florissants constituent, comme dans toute réussite de ce type, l'écrin soyeux de cette voix magnifique.

    • : Anne Sofie von Otter chante Offenbach

      Anne Sofie von Otter chante Offenbach
      Avec un phrasé parfait et un beau sens de l'humour, Anne Sofie von Otter ne perd rien de sa sensualité exquise, même sur les airs d'Offenbach les plus impertinents.

    • : Carolyn Sampson ~ Mozart (Exultate Jubilate !)

      Carolyn Sampson ~ Mozart (Exultate Jubilate !)
      Carolyn Sampson nous dévoile sa magnifique voix : modèle de limpidité et de musicalité. Quelle classe !

    • : Cecilia Bartoli - Live in Italy

      Cecilia Bartoli - Live in Italy
      Récital live époustouflant. Cecilia Bartoli au sommet de son art.

    • : Cecilia Bartoli - The Vivaldi Album

      Cecilia Bartoli - The Vivaldi Album
      Bravissimo ! Générosité, énergie, phrasé parfait : un des très beaux disques de la grande mezzo colorature.

    • : Felicity Lott - Chausson / Ravel / Duparc : Mélodies

      Felicity Lott - Chausson / Ravel / Duparc : Mélodies
      Belle leçon d'intelligence du texte, de phrasé et d'articulation par la grande soprano britannique.

    • Magdalena Kozena - Vivaldi
      Après une collaboration particulièrement réussie, au disque comme au concert, entre Magdalena Kožená et Andrea Marcon dans des arias de Haendel, il était plus que tentant de renouveler l’expérience avec Antonio Vivaldi. Les couleurs instrumentales, les phrasés du Venice Baroque Orchestra nous révèlent la musique de Vivaldi, telle que l’on se l’imagine idéalement, tout au moins, lorsque l’on a eu le plaisir de flâner sur les canaux ou dans les campi de la Sérénissime. Il faut se rappeler, à cette occasion, le très bel enregistrement de motets du même compositeur que le chef italien avait réalisé avec la soprano Simone Kermes.
    • : Magdalena Kozená - Lamento

      Magdalena Kozená - Lamento
      Enregistrement grave et profond qui révèle toute la richesse d'interprétation de Magdalena Kozená, au sommet de son art.

    • : Mark Padmore - As steals the morn (Haendel arias et scènes pour tenor et orchestre)

      Mark Padmore - As steals the morn (Haendel arias et scènes pour tenor et orchestre)
      On retrouvera la justesse de ton et le timbre lumineux de ce chanteur. Sa musicalité est bien mise en valeur dans cet album. Même coléreux ou exalté, il garde une vraie maîtrise des intonations et du phrasé.

    • : Matthias Goerne - Arias

      Matthias Goerne - Arias
      Occasion de découvrir l'étendue du registre de ce baryton au timbre profond, velouté et à l'expressivité hors du commun. Une des voix actuelles les plus fascinantes.

    • : Measha Brueggergosman- Surprise ! - Airs de William Bolcom, Arnold Schoenberg et Erik Satie

      Measha Brueggergosman- Surprise ! - Airs de William Bolcom, Arnold Schoenberg et Erik Satie
      Le tempérament de cette jeune chanteuse est vraiment formidable, la plasticité de sa voix extraordinaire avec une tessiture digne des plus grandes chanteuses de Jazz. Elle démontre dans ce disque une vraie musicalité en déployant une voix très timbrée, chaude et expressive.

    • : Natalie Dessay - Mozart Heroines

      Natalie Dessay - Mozart Heroines
      Natalie Dessay donne à ces héroïnes mozartiennes un côté acidulé et impertinent.

    • : Patricia Petibon - Airs baroques français

      Patricia Petibon - Airs baroques français
      Album intéressant de la soprano française qui incarne ses rôles avec un sens certain du second degré. Beau filet de voix assez sensuel.

    • : Philippe Jaroussky - Heroes (Vivaldi Opera Arias)

      Philippe Jaroussky - Heroes (Vivaldi Opera Arias)
      Pour notre plus grand bonheur, Philippe Jaroussky se jette avec brio dans la brèche ouverte par Cecilia Bartoli il y a six ans, à savoir une sélection d'airs tirés d'une douzaine d'opéras sérias d'Antonio Vivaldi.

    • : Vivica Genaux ~ Arias for Farinelli

      Vivica Genaux ~ Arias for Farinelli
      Vivica Genaux excelle dans ce répertoire dédié au plus grand castra de tous les temps.