« Concert du New York Philharmonic en Corée du Nord sur medici.tv | Accueil | La petite révolution madrigale du Vème Livre de Monteverdi »

07 mars 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

klari

Ooooh! Je l'avais massacrée avec enthousiasme, à l'époque, celle-là. Certainement pas la plus facile, mais qu'elle est belle!
Bon courage!

Philippe D

Merci Klari. On se sent moins seul (;-).

Laurent

klari : il me semble au contraire que dans le système de notation des éditions je-ne-sais-plus-quoi, c’est l’une des plus faciles.

Philippe D : ces doigtés académiques sont une torture ! Je ne voudrais surtout pas vous entraîner sur une mauvaise pente (c’est ma spécialité), mais c’est le jour où j’ai arrêté de respecter les doigtés de mon professeur que j’ai réussi à faire de la “vraie” musique avec mon piano. Il a tellement aimé la différence qu’il n’a plus jamais essayé de me remettre dans le droit chemin. Je trouve le début particulièrement cruel pour la main gauche — sauf peut-être si vous êtes gaucher et que tous vos doigts sont en béton armé… Le ré# 4 - mi 5 dans la cinquième mesure est la chose la plus cruelle que j’aie vue de ma vie. Votre main n’est pas assez grande pour faire mi 3 - do 1 ? (Après, il faut substituer le 5 au 3, mais c’est autrement plus facile…)

Philippe Delaide

Merci Laurent pour ce commentaire. Je ne pense pas être suffisamment expérimenté pour m'affranchir du doigté proposé, ce d'autant plus que je suis plus que fantasque sur le doigté et capable d'interpréter trois fois de suite le même morceau avec des mesures jouées via des doigtés différents... Je suis tout fier d'avoir trouvé moi-même, comme un grand, mes doigtés sur un bel air comme "Un jour tu verras" de Georges Van Pays, rendu célèbre par Mouloudgi. En ce moment, je joue cette valse en parallèle avec l'andante du concerto pour deux pianos (clavecins) BWV 1062 en do mineur et alors là, avec l'ami JSB, bonjour le doigté qui tue !!!! Pour revenir à Chopin, je n'ai pas trop de problème sur la 5ème mesure de la valse avec ré#4 - mi5 mais vais essayer ce que vous me proposez. Ce sont surtout les mesures 37 à 55 que je trouve les plus difficiles, surtout au niveau du phrasé.

klari

Laurent: le fait qu'on n'ait vraiment pas envie de la massacrer contribue à la faire paraître plus difficile qu'elle n'est. Et puis, objectivement, une mélodie à la main gauche..!

Philippe: je n'avais pas regardé la partition, mais çà a l'air fichtrement tordu, ce 5-4 pour le ré#-mi. Eurk. (A mon avis, Laurent tient un truc)

(vous ne voulez pas passer au violon? C'est beaucoup plus simple en ce qui concerne les doigtés, et mon orchestre préféré continue de manquer de cordes!)

klari

et pourquoi est-ce écrit "couche-toi" en bas à droite de la page ?!

Philippe Delaide

Klari. "Couche-toi dedans" a été écrit par ma prof pour me demander d'étendre ma main pour que les doigts soient plus au contact des touches au lieu de jouer raide et distancié comme j'ai tendance à la faire. Et encore, je n'ai pas montré les commentaires sur la partie valse légère des mesures 37 à 55 où elle a écrit :... "lâche ton côté frivole" ! (le CSPR a encore sévi). On rigole bien quand on travaille ce morceau.

[ Ben ]

Pfff le violon le violon, toujours le violon... !!
;)

klari

J'aime bien le côté malicieux de votre prof' (à défaut d'apprécier ses doigtés!).
(je me suis permis de vous taguer dans mon dernier billet, si vous avez envie d'écrire 6 choses sans importance sur le Poisson Rêveur...)

Ben: on ne se refait pas, que veux-tu!

Philippe Delaide

Ah, ça c'est pas sympa... Il va falloir que je me creuse la cervelle pour ne pas passer pour un poisson largué !

DavidLeMarrec

[Mode troll on]
Mais non, mais non, dans Chopin, un coup de pédale, on lève éhontément toute la main, on pose là où il faut, et on continue...
[/troll]

Effectivement, les doigtés officiels sont souvent du grand n'importe quoi, à la rigueur utile (pour certains seulement) pour accroître la force et l'effet pour un pianiste concertiste confirmé, mais prompt à assassiner n'importe quel amateur de bonne volonté. A mon humble avis. (Mais je ne suis pas sûr d'être une référence en la matière, j'ai beaucoup, beaucoup d'objections sur l'enseignement académique de la musique.)

Sinon, oui, elle n'est pas difficile - à condition de bien faire chanter la main gauche. Un excellent exercice pour la pensée de l'indépendance, tout à fait accessible - et une pièce superbe.


Bon courage !

Philippe Delaide

De toute façon, je suis incapable de rester constant dans mon doigté... Merci pour les conseils et les encouragements !

klari

Mais y aura t'il un enregistrement de cette valse par le Poisson Rêveur, en écoute sur le blog ?

Un Poisson Largué?! Allons bon!

Lavinie

Ouiiiiiiiii! La version de kissin est très poétique. (Mais bon, mes jugements sur les interprétations de Kissin sont tout sauf objectifs...)

Pour les doigtés, si ceux notés dans ta (oui euh... je tutoie tout le monde dans la blogosphère) partition sont de Chopin, alors je pense que c'est bien de les respecter: Chopin était très pinailleur avec les doigtés, pour que cela sonne exactement "comme il faut".
Mais un doigté, pour qu'il marche, doit être compris, et si ce n'est pas le cas, ça sonnera mal et ce sera désagréable à jouer (donc pas biiien!)!

Philippe Delaide

Pour l'instant j'en suis à un stade où cela sonne aussi mal que ce soit désagréable ou non à jouer !

Laurent

Ah ah… Je me suis refait les Valses de Chopin hier… et je confirme :
– “onzième degré des tablettes de H. Lemoine“, donc parmi les plus “faciles” (tout est relatif, on est quand même dans la catégorie “difficile”, qui va de 11 à 14) : les autres Valses s’échelonnent entre le 12ème et le 14ème degré ;
– le doigté *imprimé* sur mon édition fait bien ré# 4 - mi 3 - do 1 avec substitution 3-5 ensuite sur le mi : je persiste à penser que ça tombe ’achement mieux sous les doigts (le doigté est de “L. Diémer, professeur au Conservatoire National de Musique de Paris”) ;
– j’abonde avec David Le Trolleur : dans Chopin, la pédale permet de masquer quelques petites choses (même pas honte) ;
– mesures 37 à 55 (il a fallu que je compte, mon édition n’a pas de numérotation) : me meilleure recommandation est de se “lâcher” car ça tombe assez bien sous les doigts ;
– dites-moi, cher Philippe, qu’y a-t-il sur votre édition dans la neuvième mesure en partant de la fin ? la même chose que chaque fois que ce thème est présenté depuis le début ? ou une variante ? Je vous pose la question car un enregistrement que j’ai écouté fait une jolie variante que je me suis notée (do aigu-si, en gardant le ré à la “basse”, au lieu de ré-sol#) mais je me demande si c’est une invention du pianiste ou une variante reconnue.

Philippe Delaide

Cher Laurent. Alors là je ne sais plus ou me mettre... J'ai imprimé votre note sous word pour la mettre à côté de ma partition et vous réponds très prochainement. J'en suis à la phase où je la massacre par coeur. Il faut donc que je repointe mon nez dans la partition pour vous répondre en détail.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Damien Guinet
un Blog-It Express chez vous ? Blog-It Express

Page Facebook du poisson rêveur

Musica Pictura

  • Chaîne Youtube du blog le poisson rêveur

Twitter Updates

    follow me on Twitter

    Les disques coups de coeur 2016

    • Se constille frequenti
      Une sélection de disques remarquables de l'année 2016

    Les disques coups de coeur 2015

    • Arias Senesino Haendel - Andreas Scholl
      Une sélection de disques remarquables de l'année 2015

    Les disques coups de coeur 2014

    • Keiser - Brockes-Passion
      Une sélection de disques remarquables de l'année 2014

    Les disques coups de coeur 2013

    • Bach Motets Herreweghe
      Une sélection des disques remarquables de l'année 2013

    Les disques coups de coeur 2012

    • Heinrich Isaac - Ich muss dich lassen
      Une sélection des disques remarquables de l'année 2012

    Les disques coups de coeur 2011

    • Passion selon St Jean Bach Pierlot
      Une sélection de disques remarquables de l'année 2011

    Les disques coups de coeur 2010

    • Vivaldi Kossenko
      Une sélection de disques remarquables de l'année 2010

    Les disques coups de coeur 2009

    • Posesia cromatica Rossi Huelgas
      Une sélection de disques remarquables de l'année 2009

    Les disques coups de coeur 2008

    • Surprise -  Maesha Brueggergosman
      Une sélection de disques remarquables de l'année 2008

    Les disques coups de coeur 2007

    • La Quinta essentia - Palestrina / Lassus / Ashewell
      Une sélection des disques remarquables de l'année 2007

    Les disques coups de coeur 2006

    • Suzuki_bach_33
      Une sélection des disques remarquables de l'année 2006

    DEEZER Playlist

    Rencontre avec les artistes

    • Lionel Meunier
    • Jean Tubery
    • Masaaki Suzuki
    • Gérard Lesne
    • Benjamin Alard
    • Raphaël Pichon
    • Jérôme Correas
    • Racha Arodaky
    • Philippe Herreweghe
    • Olivier Cavé
    • Alexis Kossenko

    Web TV : concerts et reportages

    D'autres horizons

    Radio Classique en direct

    Sélection discographique : musique vocale profane

    Sélection discographique : musique vocale sacrée

    Fondations

    Interprètes - Ensembles vocaux et instrumentaux

    Profil TypePad

    Être informé de mon activité. Suivez-moi sur mon profil.

    Partenaire Web TV

    PLAYLIST MORCEAUX CHOISIS

    Guide des concerts à Paris et Ile de France

    Le Piano Bleu

    Blogosphère

    Concerts & Extraits musicaux

    Sélection discographique : musique instrumentale

    Une voix - un disque

    • : Anne Sofie von Otter : Ombre de mon amant (Airs Baroques Français)

      Anne Sofie von Otter : Ombre de mon amant (Airs Baroques Français)
      Le choix des arias, dont celles du chef d'oeuvre Médée de Marc-Antoine Charpentier occupent une place centrale, est particulièrement intéressant car il préside, semble-t-il à la tonalité générale assez envoutante de cet album. Anne Sofie von Otter révèle une sorte de "ténébreuse sensualité". L'intelligence de son phrasé, la subtilité extraordinaire de ses intonations nous captivent de bout en bout. Les sonorités limpides raffinées des Arts Florissants constituent, comme dans toute réussite de ce type, l'écrin soyeux de cette voix magnifique.

    • : Anne Sofie von Otter chante Offenbach

      Anne Sofie von Otter chante Offenbach
      Avec un phrasé parfait et un beau sens de l'humour, Anne Sofie von Otter ne perd rien de sa sensualité exquise, même sur les airs d'Offenbach les plus impertinents.

    • : Carolyn Sampson ~ Mozart (Exultate Jubilate !)

      Carolyn Sampson ~ Mozart (Exultate Jubilate !)
      Carolyn Sampson nous dévoile sa magnifique voix : modèle de limpidité et de musicalité. Quelle classe !

    • : Cecilia Bartoli - Live in Italy

      Cecilia Bartoli - Live in Italy
      Récital live époustouflant. Cecilia Bartoli au sommet de son art.

    • : Cecilia Bartoli - The Vivaldi Album

      Cecilia Bartoli - The Vivaldi Album
      Bravissimo ! Générosité, énergie, phrasé parfait : un des très beaux disques de la grande mezzo colorature.

    • : Felicity Lott - Chausson / Ravel / Duparc : Mélodies

      Felicity Lott - Chausson / Ravel / Duparc : Mélodies
      Belle leçon d'intelligence du texte, de phrasé et d'articulation par la grande soprano britannique.

    • Magdalena Kozena - Vivaldi
      Après une collaboration particulièrement réussie, au disque comme au concert, entre Magdalena Kožená et Andrea Marcon dans des arias de Haendel, il était plus que tentant de renouveler l’expérience avec Antonio Vivaldi. Les couleurs instrumentales, les phrasés du Venice Baroque Orchestra nous révèlent la musique de Vivaldi, telle que l’on se l’imagine idéalement, tout au moins, lorsque l’on a eu le plaisir de flâner sur les canaux ou dans les campi de la Sérénissime. Il faut se rappeler, à cette occasion, le très bel enregistrement de motets du même compositeur que le chef italien avait réalisé avec la soprano Simone Kermes.
    • : Magdalena Kozená - Lamento

      Magdalena Kozená - Lamento
      Enregistrement grave et profond qui révèle toute la richesse d'interprétation de Magdalena Kozená, au sommet de son art.

    • : Mark Padmore - As steals the morn (Haendel arias et scènes pour tenor et orchestre)

      Mark Padmore - As steals the morn (Haendel arias et scènes pour tenor et orchestre)
      On retrouvera la justesse de ton et le timbre lumineux de ce chanteur. Sa musicalité est bien mise en valeur dans cet album. Même coléreux ou exalté, il garde une vraie maîtrise des intonations et du phrasé.

    • : Matthias Goerne - Arias

      Matthias Goerne - Arias
      Occasion de découvrir l'étendue du registre de ce baryton au timbre profond, velouté et à l'expressivité hors du commun. Une des voix actuelles les plus fascinantes.

    • : Measha Brueggergosman- Surprise ! - Airs de William Bolcom, Arnold Schoenberg et Erik Satie

      Measha Brueggergosman- Surprise ! - Airs de William Bolcom, Arnold Schoenberg et Erik Satie
      Le tempérament de cette jeune chanteuse est vraiment formidable, la plasticité de sa voix extraordinaire avec une tessiture digne des plus grandes chanteuses de Jazz. Elle démontre dans ce disque une vraie musicalité en déployant une voix très timbrée, chaude et expressive.

    • : Natalie Dessay - Mozart Heroines

      Natalie Dessay - Mozart Heroines
      Natalie Dessay donne à ces héroïnes mozartiennes un côté acidulé et impertinent.

    • : Patricia Petibon - Airs baroques français

      Patricia Petibon - Airs baroques français
      Album intéressant de la soprano française qui incarne ses rôles avec un sens certain du second degré. Beau filet de voix assez sensuel.

    • : Philippe Jaroussky - Heroes (Vivaldi Opera Arias)

      Philippe Jaroussky - Heroes (Vivaldi Opera Arias)
      Pour notre plus grand bonheur, Philippe Jaroussky se jette avec brio dans la brèche ouverte par Cecilia Bartoli il y a six ans, à savoir une sélection d'airs tirés d'une douzaine d'opéras sérias d'Antonio Vivaldi.

    • : Vivica Genaux ~ Arias for Farinelli

      Vivica Genaux ~ Arias for Farinelli
      Vivica Genaux excelle dans ce répertoire dédié au plus grand castra de tous les temps.