« La morte d'Orfeo de Stefano Landi : sombre et retenu | Accueil | Morceau choisi N°7 : la jeune fille et le Rossignol - Goyescas d'Enrique Granados »

25 juillet 2007

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

palpatine

Ah ça, ne serait-ce que pour des raisons purement fétichistes, je confirme, on n'est pas près de faire abandonner le CD, ou alors au profit du SACD ou du DVD-A (mais ça reste dans la même veine). À noter que le site de Virgin est depuis toujours l'ennemi de Linux (en réalité, une détection totalement stupide, que l'on n'arrête pas de leur faire remarquer sans succès), et que le format wma est fermé et à la solde de m$, donc mal ; le ogg (libre) est de plus de meilleure qualité (et en effet, le mp3 ne casse pas des briques pour un audiophile, d'ailleurs toute ma discothèque numérique est en ogg). Il y a une discution sur la ML de l'APRIL à ce sujet, et les liens suivant ont été donnés : www.mutopiaproject.org, magnatune (dont tu as déjà fait un billet), et www.classicalarchives.com ; rien en ogg malheureusement :/ (notons que c'est réellement important, cette notion de format de fichier : l'impossibilité de lire un format dans le futur mène tout simplement à la perte du contenu ; la bonne nouvelle, c'est que Virgin et bien d'autres ont abandonné les DRMs).

Philippe D

Merci pour le commentaire ! Je suis complètement d'accord sur le caractère propriétaire du format wma qui n'a d'autre objet que de "locker" les utilisateurs (comme iTunes dans son genre), même si ils ont en effet levé la barrière absurde des DRMs. MP3 est tout sauf un format de compression acceptable pour un mélomane. Je n'ai pas encore testé le format ogg. Pour l'instant, ce qui est clair c'est qu'il n'y a aucun site marchand en ligne ne fournissant une qualité comparable au CD.

Rappelons en passant que le support n'est qu'un maillon de la chaîne. Le nombre d'enregistrement faits avec qualité à la source est encore assez faible. Même avec un CD, le son peut être particulièrement médiocre parce que l'enregistrement est très mal fait. Avec une très bonne chaîne hifi, on fait nettement la différence.

palpatine

Ah ça, le seul format de compression (libre, qui plus est) qui soit sans perte, c'est le Flac, et il vaut mieux investir dans les disques durs pour le stockage, ça prend beaucoup de place (environ 20 fois plus, mais ça ne désespère pas des mélomanes absolus comme Bladsurb ou Embruns, par exemple, qui font la promotion de cet unique format et d'aucun autre). Mais très sérieusement, quand déjà on a un enregistrement de 1959 AAD, c'est mal barré d'espérer une qualité extraordinaire, même en Flac ; pour ma part, j'ai testé les formats de compression avec le miserere Allegri (aigus et 9 voix simultanées), et quelques oeuvres orchestrales (le plus dur à rendre). Et en fait, lorsque j'ai récemment acheté mon home cinema, j'ai débarqué avec un ring de Wagner, pour être précis Acte 3 scène 1 (Sieglinde, Brünnhilde) de "Die Walküre", et Acte 3 scène 3 (la toute fin) de Siegfried ; verdict : pour un CD d'enregistrement assez moyen (c'est vieux...), l'ampli améliore tellement le signal qu'on croirait Hildegard Behrens (et Jessye Norman) dans la pièce :) (mais à condition de passer par le lecteur hd, aussi ; en passant par mon PC en RCA, le NAD améliore pareillement le singal, mais le Cambridge a un son affreux ; en coaxial pour le second, c'est la même perfection :) ). Tiens, je fais aussi la promo pour les lecteur Samsung, les seuls à gérer parfaitement bien le ogg, et encore une fois, mon Ring comme mon Miserere sont bien mieux rendus que sur une chaîne classique, amélioration (nettoyage) du signal inside :) (à tel point que je peux le brancher directement sur l'ampli en vulgaire RCA).

Philippe Delaide

Merci. Je suis encore très loin de maîtriser chacun de ses composants. En plus c'est un exercice pas du tout évident pour sérier les variables entre l'enregistrement d'origine, la source, l'amplification et les enceintes... Il faudra que je tente mais n'ai pas pour l'instant le temps de dem lancer dans cette alternative. Un ami a même carrément tous ses CDs sur serveur partagé par réseau entre plusieurs maisons... Mon ampli est un Rega et je ne sais pas s'il cohabite bien avec des lecteurs du type de ceux que évoqués dans le commentaire.

klari

Ok, c'est technique, aujourd'hui.

de mon côté, j'ai eu de bonnes expériences avec le format flac, mais en vrai, çà m'est en fait égal.

J'écoute très peu de musique à la maison, je me contente de mettre quelque chose en arrière-plan: il y a toujours qqchose qui réclame mon attention (un livre à lire, un chat à nourrir/fouetter, etc..) C'est en concert que je me concentre à 100% sur la musique. Et en ce qui me concerne, un interprète moyen en 'live' me fait plus d'effet qu'un interprète sensationnel dans ma chambre (sauf si Joshua Bell en vrai vient me rendre visite dans ladite chambre, mais c'est un tout autre débat).

C'est bizarre en effet qu'ils n'incluent pas un petit pdf chez Virgin. Ca ne mange pas de pain, et c'est une pratique courante chez les petits criminels qui échangent des fichiers musicaux (classiques).

Philippe Delaide

Ogg, Flac... Je trouve les noms de ces formats géniaux. On a dû demander à Monthy Python de les trouver !
Rien ne vaut en effet le concert. Toutefois, un disque bien enregistré avec une excellente chaîne sur un interprète qu'on n'est pas prêt d'écouter en concert, c'est une belle expérience. Elle demande toutefois une concentration uniquement sur cette activité ce qui n'est pas évident. Moi, mon chat, ce qui le fait fuir ce sont les symphonies de Bruckner, surtout quand l'orchestre part dans une vague phénoménale comme seul ce compositeur sait le faire.

palpatine

@Philippe D: de l'UPnP ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Universal_Plug_and_Play ) de voisinage, ton ami ? ^^ @Klari: tu fouettes des chats et t'en nourris ? Délicieuse créature... :) Sans CD/DVD, il faudrait beaucoup voyager (genre comme Laurent) pour voir et entendre tout ce que l'on souhaite, alors en attendant, je me suis bien habitué à ma technique d'ancien provincial d'un trou culturel paumé (Marseille), même s'il fallait 3 mois d'attente pour un requiem de Gounod, ou 5 pour un Guillaume Tell (jamais entendu en vrai, ni l'un, ni l'autre). Quant aux pdf manquant, c'est exactement le genre de chose qui me fait penser que l'on vend de la musique au poids, et rien que ça, c'est l'exaspération totale (quand tu parles des criminels, tu veux dire ces méchants pirates qui volent les auteurs-compositeurs, même quand ils sont morts depuis 200 ans ? ;) On n'a jamais fait d'échange avec moi, décidément, chuis pas du même milieu :( )

Klari

Reprenons point par point:
- les chats : je peux comprendre l'effroi du vôtre, Bruckner est parfois un peu ardu, surtout pour des petits félins. Le mien a tendance à miauler comme une âme en peine quand j'attrape mon violon, ce qui en dit long sur mes talents de violoniste. Ou sur ses goûts musicaux. Faudra que j'essaie de lui faire écouter Milstein.
- les noms de formats : Oui, John Cleese a du sévir, c'est évident.
- concerts vs enregistrements : non seulement il faudrait voyager géographiquement, mais aussi dans le temps. Ah! Si Callas n'avait pas été enregistrée. Mais la différence de format n'a que peu d'importance dans ce cas précis, un des attraits des enregistrements étant ce sympathique chuintement. Plus sérieusement, je trouve ceci plutôt attrayant, un peu comme le son un peu feutré bien particulier des vieux films.
Sinon, je trouve qu'à Paris, nous sommes plutôt bien lotis en matière de concerts, et même si l'on ne peut pas tout voir, il y a de quoi s'occuper, sans pour autant devoir sillonner la planète.
- piratage : je ne voudrais surtout pas que les arrière-arrière-arrière-arrière-arrière- arrière-arrière-arrière-arrière- petits-neveux de Wolfgang meurent de faim, voyons. Plus sérieusement, j'aimerais savoir comment se répartissent les bénéfices engrangés par la vente de CD classiques. Probablement édifiant.

Philippe Delaide

--> palpatine. Merci pour le lien. J'ai du boulot en perspective ! Je partage la même exaspération sur l'approche vente au poids ou au km de la musique en ligne.
--> Klari. Sur les CDs, je pense que ce que touchent les auteurs est plus proche du premier chiffre après la virgule que de l'euro symbolique lui-même.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Damien Guinet
un Blog-It Express chez vous ? Blog-It Express

Page Facebook du poisson rêveur

Musica Pictura

  • Chaîne Youtube du blog le poisson rêveur

Twitter Updates

    follow me on Twitter

    Les disques coups de coeur 2016

    • Se constille frequenti
      Une sélection de disques remarquables de l'année 2016

    Les disques coups de coeur 2015

    • Arias Senesino Haendel - Andreas Scholl
      Une sélection de disques remarquables de l'année 2015

    Les disques coups de coeur 2014

    • Keiser - Brockes-Passion
      Une sélection de disques remarquables de l'année 2014

    Les disques coups de coeur 2013

    • Bach Motets Herreweghe
      Une sélection des disques remarquables de l'année 2013

    Les disques coups de coeur 2012

    • Heinrich Isaac - Ich muss dich lassen
      Une sélection des disques remarquables de l'année 2012

    Les disques coups de coeur 2011

    • Passion selon St Jean Bach Pierlot
      Une sélection de disques remarquables de l'année 2011

    Les disques coups de coeur 2010

    • Vivaldi Kossenko
      Une sélection de disques remarquables de l'année 2010

    Les disques coups de coeur 2009

    • Posesia cromatica Rossi Huelgas
      Une sélection de disques remarquables de l'année 2009

    Les disques coups de coeur 2008

    • Surprise -  Maesha Brueggergosman
      Une sélection de disques remarquables de l'année 2008

    Les disques coups de coeur 2007

    • La Quinta essentia - Palestrina / Lassus / Ashewell
      Une sélection des disques remarquables de l'année 2007

    Les disques coups de coeur 2006

    • Suzuki_bach_33
      Une sélection des disques remarquables de l'année 2006

    DEEZER Playlist

    Rencontre avec les artistes

    • Lionel Meunier
    • Jean Tubery
    • Masaaki Suzuki
    • Gérard Lesne
    • Benjamin Alard
    • Raphaël Pichon
    • Jérôme Correas
    • Racha Arodaky
    • Philippe Herreweghe
    • Olivier Cavé
    • Alexis Kossenko

    Web TV : concerts et reportages

    D'autres horizons

    Radio Classique en direct

    Sélection discographique : musique vocale profane

    Sélection discographique : musique vocale sacrée

    Fondations

    Interprètes - Ensembles vocaux et instrumentaux

    Profil TypePad

    Être informé de mon activité. Suivez-moi sur mon profil.

    Partenaire Web TV

    PLAYLIST MORCEAUX CHOISIS

    Guide des concerts à Paris et Ile de France

    Le Piano Bleu

    Blogosphère

    Concerts & Extraits musicaux

    Sélection discographique : musique instrumentale

    Une voix - un disque

    • : Anne Sofie von Otter : Ombre de mon amant (Airs Baroques Français)

      Anne Sofie von Otter : Ombre de mon amant (Airs Baroques Français)
      Le choix des arias, dont celles du chef d'oeuvre Médée de Marc-Antoine Charpentier occupent une place centrale, est particulièrement intéressant car il préside, semble-t-il à la tonalité générale assez envoutante de cet album. Anne Sofie von Otter révèle une sorte de "ténébreuse sensualité". L'intelligence de son phrasé, la subtilité extraordinaire de ses intonations nous captivent de bout en bout. Les sonorités limpides raffinées des Arts Florissants constituent, comme dans toute réussite de ce type, l'écrin soyeux de cette voix magnifique.

    • : Anne Sofie von Otter chante Offenbach

      Anne Sofie von Otter chante Offenbach
      Avec un phrasé parfait et un beau sens de l'humour, Anne Sofie von Otter ne perd rien de sa sensualité exquise, même sur les airs d'Offenbach les plus impertinents.

    • : Carolyn Sampson ~ Mozart (Exultate Jubilate !)

      Carolyn Sampson ~ Mozart (Exultate Jubilate !)
      Carolyn Sampson nous dévoile sa magnifique voix : modèle de limpidité et de musicalité. Quelle classe !

    • : Cecilia Bartoli - Live in Italy

      Cecilia Bartoli - Live in Italy
      Récital live époustouflant. Cecilia Bartoli au sommet de son art.

    • : Cecilia Bartoli - The Vivaldi Album

      Cecilia Bartoli - The Vivaldi Album
      Bravissimo ! Générosité, énergie, phrasé parfait : un des très beaux disques de la grande mezzo colorature.

    • : Felicity Lott - Chausson / Ravel / Duparc : Mélodies

      Felicity Lott - Chausson / Ravel / Duparc : Mélodies
      Belle leçon d'intelligence du texte, de phrasé et d'articulation par la grande soprano britannique.

    • Magdalena Kozena - Vivaldi
      Après une collaboration particulièrement réussie, au disque comme au concert, entre Magdalena Kožená et Andrea Marcon dans des arias de Haendel, il était plus que tentant de renouveler l’expérience avec Antonio Vivaldi. Les couleurs instrumentales, les phrasés du Venice Baroque Orchestra nous révèlent la musique de Vivaldi, telle que l’on se l’imagine idéalement, tout au moins, lorsque l’on a eu le plaisir de flâner sur les canaux ou dans les campi de la Sérénissime. Il faut se rappeler, à cette occasion, le très bel enregistrement de motets du même compositeur que le chef italien avait réalisé avec la soprano Simone Kermes.
    • : Magdalena Kozená - Lamento

      Magdalena Kozená - Lamento
      Enregistrement grave et profond qui révèle toute la richesse d'interprétation de Magdalena Kozená, au sommet de son art.

    • : Mark Padmore - As steals the morn (Haendel arias et scènes pour tenor et orchestre)

      Mark Padmore - As steals the morn (Haendel arias et scènes pour tenor et orchestre)
      On retrouvera la justesse de ton et le timbre lumineux de ce chanteur. Sa musicalité est bien mise en valeur dans cet album. Même coléreux ou exalté, il garde une vraie maîtrise des intonations et du phrasé.

    • : Matthias Goerne - Arias

      Matthias Goerne - Arias
      Occasion de découvrir l'étendue du registre de ce baryton au timbre profond, velouté et à l'expressivité hors du commun. Une des voix actuelles les plus fascinantes.

    • : Measha Brueggergosman- Surprise ! - Airs de William Bolcom, Arnold Schoenberg et Erik Satie

      Measha Brueggergosman- Surprise ! - Airs de William Bolcom, Arnold Schoenberg et Erik Satie
      Le tempérament de cette jeune chanteuse est vraiment formidable, la plasticité de sa voix extraordinaire avec une tessiture digne des plus grandes chanteuses de Jazz. Elle démontre dans ce disque une vraie musicalité en déployant une voix très timbrée, chaude et expressive.

    • : Natalie Dessay - Mozart Heroines

      Natalie Dessay - Mozart Heroines
      Natalie Dessay donne à ces héroïnes mozartiennes un côté acidulé et impertinent.

    • : Patricia Petibon - Airs baroques français

      Patricia Petibon - Airs baroques français
      Album intéressant de la soprano française qui incarne ses rôles avec un sens certain du second degré. Beau filet de voix assez sensuel.

    • : Philippe Jaroussky - Heroes (Vivaldi Opera Arias)

      Philippe Jaroussky - Heroes (Vivaldi Opera Arias)
      Pour notre plus grand bonheur, Philippe Jaroussky se jette avec brio dans la brèche ouverte par Cecilia Bartoli il y a six ans, à savoir une sélection d'airs tirés d'une douzaine d'opéras sérias d'Antonio Vivaldi.

    • : Vivica Genaux ~ Arias for Farinelli

      Vivica Genaux ~ Arias for Farinelli
      Vivica Genaux excelle dans ce répertoire dédié au plus grand castra de tous les temps.